Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 12:46
L'Association Action Anti Frelon Asiatique Gironde lance une pétition !

Les alertes, la connaissance du fait, ne suffisent pas, il arrive un moment où il faut faire quelque chose !
"Le Blog de JP33" dédié à la connaissance et à la lutte anti frelon asiatique, met en ligne cette "pétition pour la lutte anti frelon asiatique".
Lisez et signez, si votre conscience vous y conduit.
Sinon, faites passer à votre carnet d'adresse, ce ne sera déjà pas si mal.
Cependant, n'oubliez pas qu'on est très nombreux à croire que "Seul on ne peut rien faire !"
C'est donc l'occasion de faire !
Et ne croyez pas que cette espèce invasive va s'arrêter (comme le nuage de Tchernobyl) au frontières de votre lieu de vie.



La pétition :

En 5 ans, le frelon asiatique (vespa velutina nigrithorax) est devenu le N°1 des envahisseurs-prédateurs en Gironde.
Une vraie catastrophe pour la biodiversité et l’environnement !

Il extermine les abeilles et autres pollinisateurs.
Il est un danger pour l’homme.
Arrêtons ce désastre !

Le Préfet doit nous entendre !
Les décisions prises antérieurement ne sont pas adaptées : silence des Pouvoirs publics, ignorance des cris d’alerte des Apiculteurs, arrêt des interventions de Pompiers pour la destruction des nids au profit d’Acteurs privés trop onéreux, ignorance des campagnes de piégeage des femelles fondatrices et faiblesse des moyens attribués à la Recherche, constituent un désengagement irresponsable et font à coup sûr de l’Aquitaine, la région la plus envahie par cette espèce !

L’Association Action Anti Frelon Asiatique Gironde, déterminée à préserver la qualité de notre environnement avec sa biodiversité, et à défendre notre écosystème dépendant des pollinisateurs autochtones, demande instamment au représentant de l’Etat français de réviser en urgence sa position actuelle sur l’invasion de notre pays par le frelon asiatique.

En signant cette pétition,

- Je soutiens les actions menées par l’Association Action Anti Frelon Asiatique Gironde : information des populations, piégeage des femelles fondatrices et destruction des colonies de cette espèce invasive.
- Je demande la prise en compte des solutions qu’elle propose et des actions qu’elle mène avec ses bénévoles.
- Je demande que l’Association AAAFA33 soit reçue par le Préfet de Région dans les plus brefs délais, afin de prendre en concertation, les mesures adaptées.

Signez la pétition par Internet ! 

Si vous voulez proposer la pétition à vos parents, enfants, proches, amis ou voisins qui ne sont pas branchés sur Internet ou tout simplement pour partager avec eux ce problème collectif, demandez par Mel une version imprimable de la "pétition pour la lutte anti frelon asiatique
" à : aaafa33@gmail.com

Il vous suffira de l'imprimer, faire signer (jusqu'à 10 personnes) et renvoyer votre ou vos feuilles par courrier, le tout au plus tôt à : AAAFA33 - 7, rue de Bos - 33185 - LE HAILLAN




Partager cet article
Repost0

commentaires

W
<br /> j'ai trouvé ce blog qui élargit le débat lié à la notion d'extermination du frelon, ça vaut ce que ça vaut, voyez donc :<br /> http://www.lecanardabretelles.com/index.php?2009/10/16/95-plaidoirie-en-faveur-du-frelon-dasie<br /> Walibi<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Bonjour,<br /> <br /> Je ne signerai pas votre pétition, et je vous invite à la modifier, car le piégeage des reines fondatrices est une illusion, un coup d'épée dans l'eau que persistent à vouloir porter apiculteurs et<br /> autres personnes en lutte contre le frelon. De plus, ce piégeage, même s'il est annoncé "sélectif", est souvent utilisé de manière néfaste pour de nombreuses autres espèces "innocentes", beaucoup<br /> inconnues du grand public, certaines même protégées.<br /> <br /> L'enfer est pavé de bonnes intentions.<br /> <br /> A vouloir protéger à tout prix les abeilles et d'autres insectes victimes d'un prédateur, le risque est d'endommager plus encore la biodiversité par des luttes innappropriées, ce que vous vous<br /> apprêtez à faire à travers le piégeage des reines. Car par ce piège, non seulement vous ne réduisez pas, ou très peu, la population estivale du frelon, mais vous endommagez une partie de la faune<br /> printanière que le frelon, dont l'activité est majeure à la fin de l'été et à l'automne, ne touche pas !<br /> <br /> Le plus dur, dans la compréhension de la théorie du piégeage des fondatrices, est d'accepter le fait que cette merveilleuse stratégie qui est de détruire le mal dans l'oeuf avant qu'il n'éclose en<br /> colonie soit simplement impossible. Non seulement car cette stratégie semble logique et efficace, mais aussi car elle accentue notre sentiment d'impuissance face à cet envahisseur.<br /> <br /> Mais pourquoi piéger des fondatrices ne fonctionnerait pas ?<br /> Après tout, si on tue une fondatrice, elle ne fera pas de colonie, donc on tue un nid de frelon dans l'oeuf, non ?<br /> Et bien non ! C'est strictement faux !<br /> <br /> Je m'explique :<br /> Un nid de frelon asiatique produit des dizaines et des dizaines de fondatrices, sans doute des centaines. Et j'ai bien dit UN nid.<br /> Parmi elles, certaines seront fécondées par un ou des mâles et pourraient faire un nid au printemps, mais beaucoup d'autre ne sont pas fécondées, car elles ne rencontrent pas de mâle ou pour<br /> n'importe quelle autre raison. Cependant, si elles survivent à la période de migration elles hibernent comme leurs soeurs.<br /> Au printemps, celles qui ont survécus au froid hivernal se réveillent et émergent. Là, elles sortent de leur trou et cherchent de la nourriture et un coin pour fonder leur nid. Sauf qu'encore une<br /> fois, beaucoup d'entre elles succomberont aux prédateurs, aux intempéries, aux accidents (une voiture/un néon attirant ou tout autre danger mortel pour un insecte) et une petite partie fondera<br /> réellement des nids "viables" qui donneront des ouvrières.<br /> <br /> Cette petite partie, elle a été évaluée à moins de 1% des fondatrices initiales.<br /> 1 pour 100 !!!<br /> Ce qui veut dire qu'une fondatrice piégée, c'est 99% de chance que ce soit une fondatrice qui n'allait pas faire de nid. C'est à dire qu'il faudrait que vos pièges capture une centaine de frelons<br /> pour espéré avoir empéché la création d'un nid.<br /> <br /> Mais là encore, un autre facteur entre en jeu avant l'apparition des ouvrières dans le nid, un facteur que l'on pense important dans la régulation des populations de frelon : la compétition !<br /> Il a été observé depuis longtemps que les frelons fondatrices s'affrontent les unes les autres, au moment de la fondation des nids, pour "voler" le nid de leurs voisines, profiter des larves déjà<br /> nourries pour en faire leurs ouvrières personnelles etc...<br /> Souvent, la confrontation se termine par la mort d'une des fondatrices, mais peut aussi tuer ou blesser la seconde et la mener, sur plus long terme, à sa perte ainsi que celle de la colonie. Ce qui<br /> veut dire qu'une confrontation entre deux reines = 1 ou 2 "nids potentiels" détruit. Ce qui est une sorte d'autorégulation plus efficace qu'une reine piégée. D'autant plus efficace que ce phénomène<br /> retarde le développement des nids attaqués (ceux qui survivent) et comme on le sait, un retard de quelques semaines dans le développement d'un nid au printemps, c'est un nid bien plus petit en<br /> automne, donc des centaines de frelons en moins devant les ruches.<br /> <br /> Or, même si en piégeant beaucoup, vous réussissez à diminuer le nombre de fondatrices qui font des nids, vous diminuez aussi les chances que deux fondatrices se rencontrent, s'affrontent et puisse<br /> se tuer mutuellement ou se gêner dans leur développement de colonies...<br /> <br /> Je ne sais pas combien de temps cela prendra pour que les gens comprennent cette inefficacité du piégeage des fondatrices, mais j'espère que vous participerez à cette prise de conscience : le<br /> piégeage des fondatrices est une illusion de lutte pour la biodiversité qui agit au final contre la biodiversité.<br /> Ne transformons pas l'abeille en une Hélène de Troie pour laquelle de nombreuses espèces doivent succomber dans la guerre que l'on déclare au frelon à cause d'elle.<br /> Nous pouvons certainement trouver d'autres méthodes de lutte pour protéger l'abeille sans détruire l'environnement. Actuellement, au muséum national d'histoire naturelle et à l'INRA, nous<br /> travaillons sur le sujet en modifiant les appâts (en utilisant le jus de cirier par exemple), en ne piégeant pas systématiquement, mais ces mesures doivent encore être testées et améliorées.<br /> <br /> Concernant le piégeage aux abord des routes, il semble que les reines de frelons soient à même de voler d'une traite pendant plusieurs dizaines de kilomètres. Sachant que leurs migrations, à<br /> l'automne comme au printemps, dure plusieurs jours, elles n'ont pas besoin de transports en commun pour atteindre des distances avoisinnant la centaine de kilomètre de leur nid d'origine.<br /> <br /> Cette remarque ne signifie pas que certaines reines n'aient pas été transportées par l'homme : comment, sinon, les frelons seraient-ils arrivée de Chine ? Comment auraient fait quelques reines pour<br /> fonder à plusieurs centaines de kilomètres de la zone de contamination dans des régions plus au nord de la France ?<br /> Mais sans doute ces cas sont-ils plutôt exceptionnels. Une explication possible à la proximité des nids des axes routiers pourrait être aussi la même que celle des nids près des fleuves : il s'agit<br /> d'espaces dégagés linéaires, sans doute favorable au vol des reines de frelons lors de leur migration sur de longues distances.<br /> <br /> J'espère de tout coeur vous avoir convaincu du paradoxe du piégeage des fondatrices et de son inutilité<br /> <br /> Adrien, doctorant travaillant sur les frelons.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Il y en a qui disent que les camions favorisent la propagation de l'invasion.<br /> Avez-vous une explication ou bien ce sont des balivernes ?<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Merci pour cette interrogation, elle mérite bien qu'on y réfléchisse !<br /> Elle justifierait que l'on consacre un peu de temps et un tout petit peu d'argent à installer des pièges sélectifs le long de la Rocade bordelaise entre le 15 février et le 1er mai.<br /> De nombreux nids la bordent et beaucoup de véhicules l'empruntent.<br /> <br /> <br /> <br /> Je m'explique : les jeunes futures reines commencent à sortir de leur hibernation aux alentours des anciens nids non détruits à<br /> temps, les températures de ces jours-ci dépassent les 12 à 13°C.<br /> Pour se nourrir, construire leur nid et nourrir leur progéniture, de nombreuses femelles fondatrices traverseront les rues environnantes, les boulevards et même la rocade, de nombreuses fois par<br /> jour, au risque de se faire embarquer par les camions ou les voitures (dans les grilles de radiateurs ou autres cavités de la carrosserie).<br /> <br /> <br /> Elles se retrouveront débarquées bien plus loin, lors d'un arrêt (feu rouge, bouchons, parc de stationnement, aire de repos, lieu de<br /> livraison ou tout simplement chez soi).<br /> Cette espèce étant très coriace, la jeune reine arrivée à savoir où, sortira de sa torpeur, se ravigotera et s'installera durablement dans un nouvel endroit qui, même s'il est vierge aujourd'hui,<br /> deviendra une zone d'invasion massive comme a pu le devenir la Gironde et d'autres départements.<br /> <br /> <br /> <br /> Je vous fais part d'une petite observation personnelle :<br /> "En 2006, un peuplier d'Italie de ma rue, a abrité un gros nid de frelon asiatique que nous n'avons découvert qu'après la chute des feuilles.<br /> <br /> <br /> A l'époque on ne savait pas ce que c'était, ni comment ça avait atterri là !<br /> Une explication m'est venue à l'esprit récemment en réalisant qu'à l'époque, un poids lourd (transport de fret) stationnait presque toutes les nuits à proximité. Ce poids lourd a sûrement ramené<br /> une reine lors d'un passage dans une zone où des jeunes reines traversaient les rues, rocades ou autoroutes pour aller faire leurs courses d'approvisionnement de l'autre côté."<br /> <br /> <br /> <br /> Vous pourrez d'ailleurs remarquer par vous même, qu'il y a bon nombre de nids le long de la Rocade, aux carrefours qui la jouxtent, au<br /> bord des parkings voitures ou camions et dans les zones artisanales qui bordent la Rocade.<br /> Si vous avez accès à des archives de signalement de nids, il serait intéressant de vérifier cette presque certitude pour moi.<br /> <br /> Cette observation est d'une grande logique, elle est une explication crédible à l'aspect fulgurant de l'expansion constatée. Elle fait de la Rocade bordelaise, une zone de contamination avec<br /> comme vecteur de contagion : le transport routier !<br /> Il suffirait de poser des pièges sélectifs aux environs des zones abritant un nid pour réduire considérablement les risques de contamination des véhicules.<br /> <br /> <br /> <br /> Ne rien faire aux abords de la Rocade sera difficile à justifier d'ici quelques temps.<br /> Il faut que les choses se sachent et se fassent.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Cantonnier poseur de pièges est sûrement un métier d'avenir !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de JP33
  • : Connaissance de l'espèce vespa velutina nigrithorax par l'observation, la photo, la vidéo, la réflexion, la récolte d'informations sur l'invasion. Mise en ligne de solutions simples, peu onéreuses et reproductibles à souhait pour le piégeage des femelles fondatrices, la recherche et la destruction des nids. Alerter sur les dangers de l'invasion. Informer sur la lutte anti frelon asiatique menée par AAAFA33 (jeune Association Action Anti Frelon Asiatique Gironde).
  • Contact

Recherche

Liens