Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 17:37

5nidMagudas025    Quand les arbres se dénudent, les nids de frelons chinois apparaissent !

Etonnants, comme des gros jambons suspendus en haut des arbres.

De couleur chamois quand le soleil est généreux, et plutôt grisâtre quand la pluie a sévi.

 

    C'est à ce moment précis qu'on comprend pourquoi on a vu tant de frelons à pattes jaunes cet automne sur les lierres en fleur, sur les raisins de la treille ou les fruitiers du jardin et sur l'étal du poissonnier ou dans le saule pleureur.

 

    C'est aussi à ce moment qu'on réalise : "les frelons asiatiques  ? Ce n'est pas que chez les autres !"

 

    Cette année 2013, depuis les premiers gels sérieux de fin novembre, la plupart des nids ont été désertés par les femelles fondatrices nouvelle génération. Depuis, AAAFA ne détruit plus les nids même très hauts (voir la méthode utilisant le SO²).

 VieuxNid064.jpg   Le nid est abandonné, aucun frelon n'y remettra les pattes. Il devient donc inutile de les détruire pour cette saison 2013. Ce sont les oiseaux : pies, corneilles, mésanges et autres, qui vont récupérer un peu de ces protéines que la colonie de "vespa velutina" a englouti à leur détriment.

    Les intempéries s'occuperont des restes du nid. Et comme disait Ronsard : "en peu de temps, n'en sera plus nouvelle". Par contre, l'important est de se préparer au piégeage de printemps.

    Sur "le Blog de JP33" vous trouverez les réponses !

Pour en savoir plus sur la découverte d'un nid de frelon asiatique en hiver : "Clic ICI  

Pour fabriquer des pièges sélectifs : "Clic ICI"  ou  "Click là"

 

    Dans ma région Aquitaine, ce sont les chênes qui perdent les feuilles en dernier, après de bonnes gelées.

    Il me tarde de faire le tour d'Eysines avec Bernard ! Début 2013, il a monté une opération particulière. Il ne reste plus qu'à faire le bilan de sa formule. Le tour des environs et repérer les éventuels nids sur une zone en test. Pour en savoir plus : "Click ICI

    La suite, dès qu'il n'y a plus de feuilles sur les chênes.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JP33 action anti frelon asiatique - dans Frelon asiatique
commenter cet article

commentaires

taverne 27/02/2014 00:48

je me répète mais voir quelqu'un qui partage mes idées cela va m'aider cela me rend triste de voir la réaction des personnes qui se disent responsables ne piégez pas le piégeage sert à rien si à
attirer l'asiatique aux ruches mais aidez la nature et protégeant son prédateur le frelon européen vespa crabro moi je vis avec lui depuis 25 ans et quand il daigne mettre son nid à côté de mes
ruches je suis tranquille et ne vous basez pas sur quelques cas ou il attaque les ruches et mettez vous dans la tête que les fondatrices que vous piégez ne feront jamais de nid et la vraie
fondatrice ne viendra pas dans les pièges elle a en charge la survie de l'espèce et elle est plus intelligente que vous le pensez d'ailleurs la prolifération de l'asiatique en est la preuve
reconnaissez votre erreur à bientôt la preuve si vous mettez un piège pour attirer les abeilles vous avez combien de chance de prendre la reine !!!!! j'attends vos commentaires

JP33 action anti frelon asiatique 05/03/2014 23:49



Quelques virgules (,), points virgules (;) ou autres points (.) et points d'exclamation (!) et d'interrogation (?) permettraient de mieux
comprendre le sens de votre texte.


Hormis ça, je dois bien reconnaitre que vous énoncez quelques vérités vraies. Il est incontestable qu'une fondatrice piégée et éliminée ne fera
jamais de nid ! Il est incontestable aussi que si une fondatrice mène à bien sa colonie, c'est bien parce qu'elle n'a pas été piégée, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle : piéger seul
dans son coin ne suffit pas ! Il faut mobiliser le voisinage au plus large autour d'un nid découvert trop tard, et non détruit avant les premiers gels sérieux. La biologie des guêpes et frelons
n'a rien à voir avec celle de l'abeille. Une ruche (abeille) fait des réserves et la reine vit plusieurs années, elle ne sort pas de la ruche sauf pour essaimer ailleurs. La femelle fondatrice
(guêpes et frelons) ne vit qu'une année. Sa vie commence en automne et sa fécondation a lieu avant l'hiver. Aux premiers gels sérieux les jeunes femelles fondatrices (plusieurs centaines par nid)
quittent le nid qui est abandonné à jamais, et trouvent une cachette pour passer l'hiver. Elle sort d'hibernation dès les premières douceurs (>13°C) et un nouveau cycle infernal recommence,
elle est seule pour fonder une nouvelle colonie : construire, pondre, se nourrir et nourrir ses larves jusqu'à ce qu'elles deviennent nymphes, puis adultes ouvrières. Pendant cette période (du 15
février au 1er mai), elle est seule à assumer la survie de sa colonie. Il est possible de la piéger, elle et ses consœurs, et d'enrayer l'installation durable de cette espèce dans les zones
concernées par l'invasion. Contrairement aux abeilles, la femelle fondatrice (guêpe et frelon) passe la plupart de son temps en dehors du nid, jusqu'à la naissance des premières
ouvrières (nouvelle génération) début mai. On peut donc la piéger ! ! ! . . .



Quiricou 22/01/2014 20:16

Bonjour,
Je suis surpris par votre réponse.... Faire la guerre ailleurs?
Quand on ouvre un blog public c'est pour accepter le dialogue, la controverse. Je ne comprends pas bien votre réaction. Est-ce un blog à vocation lucrative?
Étrange comme réaction, pas de convivialité ni même de politesse, de l'agressivité, pas de réponse structurée... et pourquoi pas la censure?
Aucune réponse apportée à mes interrogations, sont-elles si stupides que vous ne daignez nous éclairer de votre savoir, on en est où après dix années de lutte? C'est pas trop nul comme question? A
moins que ce soit une question trop embarrassante?
Ce printemps pour ma part, j'ai essayé autre chose. J'ai marqué les fondatrices (vélutina et crabro) appâtées aux abords de mon rucher, j'en ai pointé 29+8. (ces fameuses 8 qui ne sortiraient de
diapause qu'à la mi-mai). Bilan, mes ruches ont passé une saison paisible sans prédation notable. Il y a donc peut-être autre chose que le piégeage printanier?... qui sait? Heu! je précise, dans
mon quartier personne ne piège.
Le piégeage "sélectif" et "maîtrisé" est un concept théorique que vous savez inexact,
Faites moi la grâce de penser que je sais de quoi je parle lorsque je dis que le piège sélectif n'existe pas ou alors apportez nous la preuve contraire. Je suis prêt pour Canossa Vous dites
""repartir (de vos pièges) après restauration gourmande.""" même le frelon commun? C'est pas sérieux tout ça.
Vous écrivez, "Votre critique est un peu inadaptée à ce Blog de JP33, je dirai même un peu ridicule".
Je me demande si vous ne vous prenez pas un peu trop au sérieux mon cher JP, vous vous égarez. Inadaptée mes questions?.... et vos réponses, qu'en penser?
Mais bon, c'est votre blog, c'est vous qui voyez et qui gérez.... un petit clic et personne ne peut engager la controverse... j'ai pas dit la polémique, la controverse, seulement!
Cordialement à vous et félicitations pour votre oeuvre. Heureusement qu'il y a des gens comme vous pour faire avancer la problématique.

quiricou 03/01/2014 23:08

Bonne année à jp33.
Au printemps prochain, cela fera dix années déjà que Vespa vélutina s'est invité chez nous. C'est peut-être le moment de faire un petit point de situation.
Nonobstant l'influence de ce printemps 2013 peu favorable au développement des colonies, comment ça va dans votre région? Faut-il continuer à exporter ces recettes et conseils de lutte en direction
des zones non encore infestées?
Si on en juge au nombre des départements et pays frontaliers qui succombent les uns après les autres, il est convenu d'admettre que cette stratégie semble lui convenir sachant que c'est lui et lui
seul qui choisira les limites de son implantation, non?
Je constate avec plaisir que la protection de Vespa crabro commence à être prise au sérieux. Par conséquent, il serait peut-être temps et plus cohérent d''abandonner le piégeage printanier
(déconseillé depuis la première heure par nos scientifiques). Ce piégeage ne sert à rien qu'à faire disparaître Vespa crabro, le seul capable d'opposer une certaine résistance à la pénétration de
son rival.
Cordialement à vous

JP33 action anti frelon asiatique 09/01/2014 00:44



A vous lire, il semble que vous comptiez sur le seul frelon européen pour lutter contre l'envahisseur.


Rassurez-vous, moi aussi je compte sur lui, mais pas seulement sur lui.


Le piégeage sélectif de printemps ("sélectif" doit être un mot que vous ne savez pas lire), épargne les autres insectes aussi, et laisse aux oiseaux aussi, de quoi becqueter. Le
piégeage sélectif et maîtrisé n'est pas critiqué pas les scientifiques, surtout s'il est installé aux abords des ruchers et dans les zones ou le frelon asiatique a déjà pointé
ses mandibules.


Vous confondez ou faites amalgame avec les piéges à guêpes qu'on trouve dans le commerce ou les pièges basiques fabriqués avec des bouteilles plastique mais sans aucun dispositif permettant aux
autres insectes de ne pas se noyer et de pouvoir repartir après restauration gourmande.


Votre critique est un peu inadaptée à ce Blog de JP33, je dirai même un peu ridicule. En effet, c'est un des seuls sites ou l'on insiste sur l'importance de la sélectivité des pièges et ou on y
trouve des astuces pour rendre les pièges : "sélectifs ! ! ! ".


Ouvrez les yeux QUIRICOU, changez votre fusil d'épaule, et faites un petit effort pour aller faire la guerre ailleurs.


 



Présentation

  • : Le blog de JP33
  • Le blog de JP33
  • : Connaissance de l'espèce vespa velutina nigrithorax par l'observation, la photo, la vidéo, la réflexion, la récolte d'informations sur l'invasion. Mise en ligne de solutions simples, peu onéreuses et reproductibles à souhait pour le piégeage des femelles fondatrices, la recherche et la destruction des nids. Alerter sur les dangers de l'invasion. Informer sur la lutte anti frelon asiatique menée par AAAFA33 (jeune Association Action Anti Frelon Asiatique Gironde).
  • Contact

Recherche

Liens